Breaking news
  1. Formation aux gestes de premiers secours pour 10 adhérents
  2. 2020-2021 : Inscription Formations fédérales des BF1, BF2 et VAE BF2 JJB
  3. Inauguration du nouveau siège de la Fédération Polynésienne de Lutte, de MMA, de JJB et Disciplines associées.
  4. Yannick Hartmann, nouveau Conseiller Technique Fédéral
  5. La demande de reconnaissance sportive du MMA amateur une fois de plus rejetée par le GAISF

LA FÉDÉRATION ET SES ÉVOLUTIONS STATUTAIRES.

Depuis sa création en 2006, la fédération va se renforcer grâce  à son affiliation, avec instances fédérales nationale et internationales. Pour être conforme avec les statuts, elle changera au moins 3 fois d’intitulé.

En 2010, elle fédère 9 clubs. Sur les conseils du Service de la Jeunesse et des Sports,  le nom de la Fédération deviendra :  « Fédération Polynésienne de Grappling », discipline reconnue par les hautes instances.

En 2012, la fédération s’affilie à la « FILA – Fédération Internationale des Luttes Associées ». A la demande de cette dernière,  la fédération locale intégrera la discipline de la « Lutte » dans son appellation principale, car la Lutte étant une Discipline Olympique, il s’agit de la discipline reine à laquelle sont adossées les « Disciplines associées » tel que le Jiu Jitsu Brésilien.C’est la seconde fois,  que la fédération changera de nom pour devenir : la FPLDA – Fédération Polynésienne de Lutte et Disciplines Associées.

Dans les recommandations du même courrier de la FILA, avait été également demandé d’y intégrer le MMA (les Arts Martiaux Mixtes).

Dès lors,  Hiro LEMAIRE  a entreprise de longues démarches dans le but d’obtenir la Délégation de service publique pour la pratique du MMA.

Ce sera en décembre 2019, à la suite d’un « Appel à manifeste d’intérêt » lancé  en Mai 2019, par le Ministère en charge de sports, que le MMA sera officiellement reconnu, sur le sol polynésien.

Il est à noter, que cette reconnaissance, propulse la Polynésie Française en tant que premier territoire national à avoir obtenu la légalisation du MMA.

Le dossier avait d’ailleurs reçu un avis technique favorable, lors de la procédure mise en place par la DJS permettant d’identifier la structure fédérale présentant les meilleures conditions structurelles et techniques pour encadrer la pratique du MMA en PF.

Cette démarche ayant déjà été initiée par la FPLDA suite la demande formulée en 2012, par la United World Wrestling, anciennement FILA – Fédération Internationale de luttes Associées, à la FPLDA, d’intégrer le MMA dans son objet. Mais depuis, la demande était restée en suspens.

C’est pourquoi, Hiro LEMAIRE lancera à nouveau, une procédure de demande de Délégation de Service Publique en faveur du MMA.

Une « procédure d’appel à manifeste d’intérêt » avait été lancée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, en Avril 2019, dans le souci d’une procédure équitable à l’égard de l’ensemble des fédérations sportives désireuses d’accueillir la pratique du MMA.

La fédération de Hiro LEMAIRE sera la seule à avoir déposé officiellement sa candidature.

NOUVELLE AFFILIATION POUR LA FÉDÉRATION LOCALE

Afin de préparer les meilleures conditions du développement de la pratique du MMA en Polynésie française, une procédure de demande d’affiliation à l’IMMAF-WMMAA – Fédération Internationale du MMA Amateur & l’Association Mondiale du MMA.

De ce fait, le 03 août 2019, lors de son assemblée générale annuelle et extraordinaire, la fédération procèdera à nouveau à un changement statutaire pour être ne conformité avec l’IMMAF-WMMA. Il est à noter qu’à cette date, la Fédération dénombre 22 clubs et 821 licenciés.

La fédération prendra alors l’intitulé suivant : la FPLAJDAFédération Polynésienne de Lutte, d’Arts martiaux mixtes, de Jiu jitsu Brésilien et Disciplines Associées.

LE MMA, L’AVENEMENT D’UNE NOUVELLE TENDANCE CREATRICE D’OPPORTUNITES POUR TOUS.

Cette affiliation représente de nombreux avantages et des enjeux importants pour la fédération et ses membres.

En premier lieu, il s’agit d’une discipline dans laquelle de plus en plus de sportifs locaux commencent à s’illustrer en tant que professionnels, à l’international. Ils deviennent de véritables icônes pour la jeunesse polynésienne, des exemples que beaucoup de jeunes souhaiteraient suivre.

Deuxièmement, la pratique ouvre de nouvelles perspectives de développement par la mise en place de formations et de diplômes fédéraux permettant d’encadrer la pratique en toute sécurité. Il s’agit également, de créer des diplômes spécifiques professionnels afin de saisir l’opportunité de professionnaliser le secteur avec ses filières.

Enfin, la possibilité pour nos jeunes de pouvoir participer à des compétitions internationales dans le domaine du sport amateur, et d’intégrer une plateforme garantissant le niveau et le suivi des combattants.