Breaking news
  1. Yannick Hartmann, nouveau Conseiller Technique Fédéral
  2. La demande de reconnaissance sportive du MMA amateur une fois de plus rejetée par le GAISF
  3. La Journée portes ouvertes à Aorai Tinihau
  4. La 1ère Conférence Internationale du MMA en Polynésie dans les starting-block !
  5. Des coaches du MMA PRO en Or, invités à l’occasion à la Conférence

DISCIPLINES NON OLYMPIQUES ET ASSOCIÉES

LE SAMBO
placeholder

Originaire de Russie, le terme « SAMBO » est l’abréviation des mots russes SAMozachita Bez Orougia qui signifient « autodéfense sans armes ». Ce système de combat très efficace combine de nombreuses techniques de préhension afin de neutraliser un adversaire. Il peut se pratiquer comme sport ou comme art d’autodéfense.

Il existe sous formes bien différentes :

Le Sambo-Sportif est un sport de combat de préhension à base de contact et de corps à corps. S’il s’apparente à la lutte libre soviétique, le Sambo-sportif possède des saisies propres et des techniques originales, telles que les redoubles clés à la volée.

Le Sambo-Combat est une discipline pluridimensionnelle du combat sportif, avec plusieurs façons bien distinctes de se battre, il compile trois secteurs de combat (boxe, lutte, sol). Le combat peut ainsi se remporter par KO, KO technique, et soumission. On autorise donc coups de poing, coups de pieds, coups de genou, coups de coude, mais également les coups de tête ainsi que les frappes au sol.

JIU JITSU BRESILIEN

Le jujitsu brésilien est un art martial brésilien dérivé du jujitsu japonais traditionnel (connu sous le nom de judo) qui se pratique principalement au sol et dont le but est de soumettre l’adversaire par étranglement ou clé d’articulation. Les frappes (coups de pied, poing, coude, tête et genou) volontaires sont interdites dans la pratique officielle.

Un combattant de jujitsu brésilien s’appelle un jujitsuka. Il pratique son art vêtu d’un gi de jujitsu (prononcé « gui ») appelé à tort kimono, bien que ce soit passé dans le langage courant. Le jiu-jitsu brésilien utilise un système de ceintures de couleurs afin de marquer la progression des pratiquants. Les débutants commencent leurs parcours avec la ceinture blanche, tandis que la ceinture noire est attribuée par passage de grades au plus aguerris.

BEACH WRESTLING

Appelé aussi lutte de plage, elle existe depuis 2006, crée par la fédération internationale (UWW). Cette activité est ludique, festive, populaire, accessible, conviviale. Les règles sont simples, l’approche compétitive est mixte, sa pratique est tout public et se déroule hors cadre de salle, on peut parler d’activité « éco responsable ».

GRAPPLING

Ce terme veut dire lutte en anglais. Opposé aux sports basés sur des techniques de percussions (coup de poing, pieds), le grappler utilise des techniques de contrôle, de projection, d’immobilisation et de soumission, y sont inclus aussi les luxations et les étranglements. Pratiqué à mains nues en position debout « stand up Grappling » ou au sol « Ground fighting ou Grappling ». Dans une grande partie les combats de Grappling se déroule au sol.

La grande majorité des combats se déroule avec un temps défini. Les points sont gagnés par l’installation de positions dominantes sur son adversaire (exemple : contrôle latéral, montée, prise de dos) Le combat s’arrête automatiquement lorsqu’un des combattants abandonne à la suite d’une technique de soumission réalisée par son adversaire. Le combat peut également prendre fin lorsque l’arbitre arrête le combat s’il estime qu’un adversaire risque une blessure importante. Les compétitions de Grappling sont généralement organisées par catégories de niveau, d’âge et de poids.

MAONA LUTTE TRADITIONNELLE

La Lutte Heiva Maona et… lutte féminine

Parmi les sports traditionnels, la lutte était le sport le plus apprécié et le plus répandu, observé par James Morrison, l’un des révoltés de la Bounty et William Ellis, dans la période 1788 à 1791 et entre 1817 et 1825.

Les combats étaient organisés à l’occasion de fêtes religieuses ou retour de voyage du roi, visiteurs de haut rang

Avant la lutte, chacun se rendait au « MARAE », offrait un jeune plantain. La lutte Maona était pratiquée par les gens du peuple, La lignée royale. Les bons lutteurs ne luttaient qu’entre eux.  Pour la tenue, les combattants étaient revêtus d’un «MARO» (ceinture) et parfois les membres enduit d’huile. Ils se battaient sur du sable ou de l’herbe, à l’intérieur d’un cercle de 30 pieds de diamètres, Situé pas très loin d’un MARAE. Il n’y avait pas de limite de temps au combat.

Les femmes ne sont pas exclues et sont toujours les premières à lutter, mais dit Morisson, « elles sont plus rancunières que les hommes et ne supportent pas de perdre ».

MMA

Les arts martiaux mixtes ou mixed martial arts (MMA), (et anciennement combat libre ou free-fight), sont un sport de combat complet, associant pugilat et lutte au corps à corps. Les deux combattants peuvent utiliser de nombreuses techniques ; selon les fédérations, sont autorisées les techniques de percussion telles que coups de pied, de poing, de genou et de coude, mais aussi les techniques de corps à corps debout (clinch), de projections et de soumission (grappling) et quelquefois des techniques particulières de percussion au sol.

Ce sport est considéré comme récent, et plus efficace qu’artistique. Il peut être considéré comme étant aux arts martiaux et aux sports de combat, ce que le décathlon est à l’athlétisme. Les arts martiaux mixtes existent en réalité depuis fort longtemps (à travers la lutte et le pugilat). On en retrouve des traces dans les applications de combat de nombreux arts martiaux anciens. – (Wikipedia)